Des produits cosmétiques bio chez Yves Rocher

un article écrit par

J’ai testé 3 des 7 nouveaux produits de la nouvelle gamme Culture Bio : la crème du réveil, la crème du coucher et mon chouchou l’huile précieuse du soir.  On y retrouve grosso modo ce qui a fait le succès d’Yves Rocher, le bio, en plus !

Pour moi Yves Rocher, c’était ma première rencontre avec les cosmétiques. Mon premier parfum « de grande » au chèvrefeuille. Mes premières dépenses entre copines pour acheter des gels douches et des crèmes pour le corps aux odeurs de fruits.

Et j’imagine qu’on est beaucoup, comme ça, à avoir commencé par Yves Rocher, parce que :
1. c’est pas cher,

2. ça sent bon,

3. leurs produits sont pas mal.

Leurs nouveaux cosmétiques, Culture Bio, ne dérogent apparemment pas à cette règle.
1. C’est abordable ? Plutôt, les produits coûtent entre 9 et 25 euros.
2. Ca sent bon ? Oui, si on met de côté la crème du réveil et sa mente poivrée avec laquelle j’ai un peu de mal. Les parfums 100% naturels sont composés d’huiles essentielles issues de lavande, de camomille, de jojoba et j’en passe : pour la crème de nuit et l’huile, c’est délicat, un peu fort mais pas trop, juste comme il faut.
3. C’est bien ? alors là difficile de juger au bout de quelques jours, mais en tout cas, je ne suis pas couverte de bouton, j’apprécie la texture et ma peau est toute douce. Donc jusqu’à la preuve du contraire, ça marche pas mal. L’huile précieuse est super pratique. On peut l’utiliser sur la peau, les mains, les cheveux ou en massage.
4. (car il y a un 4, et c’est ce qui est nouveau) C’est bio ! En effet toute la gamme est certifiée Ecocert et labélisée Cosmébio.

Le packaging est conçu pour réduire au maximum les emballages : pas de notice (tout est marqué sur le produit et son emballage), des encres végétales, des flacons en verre recyclé, des étuis issus de chutes de bois. Le tout fabriqué dans une usine en Bretagne. Donc moins d’émissions de CO2 pour acheminer tous ces petits pots de crème jusqu’à nous. Et d’autant moins qu’Yves Rocher compense les émissions de CO2 qui n’ont pas pu être évitées à la source par le financement d’actions de lutte contre le réchauffement climatique en Amérique du Sud et en Afrique.

Article sponsorisé

A propos

Dernière mise à jour de cet article
Thématiques
Recevoir les mises à jour (une fois par mois max)

Vert Cerise, c’est aussi un studio de création de contenus DIY pour les pros. Travaillons ensemble.

A lire aussi

Autant chercher une aiguille,
la newsletter du site

Pour encore plus de créativité, inscris-toi.

Les derniers articles