Objet sonore

un article écrit par

seulement 8,99€

vinyle

Aujourd’hui, je voulais vous parler de mon amour pour le vinyle. A l’heure du mp3 et de la musique en streaming, je voulais vous expliquer tout ce qui m’attire chez lui. J’avais déjà prévu une petite liste des choses qui le rende précieux, de ces moments qui lui sont propres et que jamais vous ne vivrez avec un CD ou un mp3 : de l’inventaire rapide et méthodique des vinyles d’un bac, du contact des pochettes usées contre vos doigts qui pianotent de disque en disque à la recherche de celui que vous écouterez ou encore du rituel qui précède chaque écoute. Je pensais  aussi à cette appréhension qui, petite, m’envahissait au moment de poser la tête de lecture sur le vinyle et qu’il me reste encore un peu aujourd’hui.

Je voulais parler de son côté fragile qui m’oblige à vérifier son état à chaque effeuillage des deux petites pochettes, carton et papier, qui le protège, du son qui crépite et des petits craquements qui, loin de dénaturer le plaisir de la musique, lui ajoute – à mon avis – un petit supplément d’âme. Et puis je voulais vous transmettre ma fascination pour ce mouvement hypnotique du disque qui tourne (que je peux regarder pendant des heures sans me lasser),  de cette légère ondulation de la platine, pas tout à fait d’équerre, qui me fait penser à des vagues qui rythment l’écoute. Et même des rayures qui répètent, répètent, répètent encore et toujours la même boucle.

Voilà, en substance, ce que je voulais écrire ici. Malheureusement, je ne conçois pas de billet sans illustration et malgré de nombreux essais, impossible de rendre l’effet de tout ça en photo (l’ondulation d’un disque, c’e nest pas évident à saisir en une image). Mais la pluie aidant, plutôt que d’abandonner ce sujet, je me suis donc lancé hier dans la réalisation d’une petite vidéo. Oui, je tremble horriblement, c’est flou, les plans ne sont vraiment pas terribles (il y en a un super court, qui n’a aucun sens) et les images étaient d’une si mauvaise qualité que j’ai du ajouté cet effet noir et blanc cracra. Mais au final, ce  côté imparfait illustre exactement ce que j’aime dans le disque !

Quant à la musique, il s’agit de Soleil Pâle de la Fiancée. Mon chéri déteste, moi j’aime les chansons poétiques et mélancoliques de La Fiancée, son côté léger à s’y méprendre, sa voix délicate et naïve qui fait passer en douceur les sujets graves. Et puis, j’aime son maxi vinyle tout blanc, car la demoiselle a eu la bonne idée de proposer ses chansons soient en téléchargement, soit avec ce joli objet ! Bien vu !

Bon, allez, je vous en remets une couche avec un vrai clip cette fois 😀

A propos

Dernière mise à jour de cet article
Thématiques
Recevoir les mises à jour (une fois par mois max)

Vert Cerise, c’est aussi un studio de création de contenus DIY pour les pros. Travaillons ensemble.

A lire aussi

Autant chercher une aiguille,
la newsletter du site

Pour encore plus de créativité, inscris-toi.

Les derniers articles