Ni d’Eve, ni d’Adam et l’Elégance du Hérisson

un article écrit par

Depuis ma chronique sur « Les belles choses que portent le ciel », je ne vous ai pas fait part de mes lectures. J’ai pourtant lu deux très bons livres que je vous conseille.

Ni d’Eve, ni d’AdamTout d’abord, « Ni d’Eve, ni d’Adam », que j’ai littéralement dévoré et qui me réconcilie avec Amélie Nothomb. Après avoir été déçue par une série de bouquins formatés et qui semblaient écrits à la va-vite, j’avais zappé les derniers récits de la demoiselle. Dans « Ni d’Eve, ni d’Adam », j’ai retrouvé l’auteur que j’avais découvert et adoré dans « Stupeurs et Tremblements ». Mais ici, il n’est pas question de boulot mais d’amour (plutôt avec un petit a par contre). On y retrouve l’humour aiguisé et le regard caustique qu’Amélie jette sur le monde et ceux qui l’entourent (elle compris).
Je ne juge pas utile d’en dire beaucoup plus, car tant de choses ont déjà été écrites à ce sujet. Si vous ne l’avez pas déjà lu, laissez-vous tenter.

L’élégance du hérissonJ’ai enchainé ensuite avec « L’élégance du Hérisson » de Muriel Barbery que m’avait conseillé Gaëlle et Eupaline ici. Et je n’ai pas eu à le regretter même si j’ai eu un peu de mal au début de l’histoire. Je voulais des rencontres, des confrontations entre les deux personnages principaux, je sentais qu’on tenait quelque chose, qu’il manquait l’étincelle qui allait relier tout ça. Et puis l’étincelle est arrivée sous la forme d’un troisième personnage, qui se trouve être un japonais (le Japon me poursuit en ce moment à moins que ce ne soit moi qui poursuive le Japon …). Et tout le livre a pris sens. Il y a surtout un moment que j’ai particulièrement aimé, un paragraphe qui m’a particulièrement touché. J’ai donc abandonné mon marque-page page 298 pour pouvoir le retrouver. Ca parle d’un bouton de rose qui tombe et ça dit ça :
« … Parce que ce qui est beau, c’est ce qu’on saisit alors que ça passe. C’est la configuration éphémère des choses au moment où on en voit en même temps la beauté et la mort.
Aïe, aïe, aïe, je me suis dit, est-ce que ça veut dire que c’est comme ça qu’il faut mener sa vie ? Toujours en équilibre entre la beauté et la mort, le mouvement et la disparition ?
C’est peut-être ça, être vivant : traquer des instants qui meurent. »

Cette phrase a trouvé un écho particulier en moi. J’ai officiellement décrété que c’était mon moment de beauté de la journée.

Je m’aperçois que j’ai beaucoup parlé de mes impressions et peu des histoires en elles-mêmes. Pour en savoir plus, je vous conseille de jeter un oeil aux fiches d’Amazon :
L’élégance du Hérisson de Muriel Barbery
Ni d’Eve, ni d’Adam d’Amélie Nothomb

A propos

Dernière mise à jour de cet article
Thématiques
Recevoir les mises à jour (une fois par mois max)

Vert Cerise, c’est aussi un studio de création de contenus DIY pour les pros. Travaillons ensemble.

A lire aussi

Autant chercher une aiguille,
la newsletter du site

Pour encore plus de créativité, inscris-toi.

Les derniers articles