La tentation généalogique

un article écrit par

GenealogieDes cousins éloignés au Mexique, une école qui portait mon nom à Alger, un grand-grand-grand-…?…-père peintre orientaliste, l’arbre généalogique réalisé par mon oncle m’a toujours fasciné. Que de patience, d’heures passées dans la poussière des archives, de lettres envoyées aux mairies d’ici et d’ailleurs, lui a t’il fallu pour remonter quelques générations en arrière, retrouver nos racines. Mais nous nourrissent-elles, ces racines ? Y a t’il un point commun, des traits de caractères identiques, des histoires transmises, des signes distinctifs qui me raccrochent à ces cousins éloignés, à priori voués à ne rester qu’un nom sur un papier.

Voilà la question que je me pose depuis le jour où mon oncle m’a montré ce travail titanesque. Bien sûr, j’ai d’abord exploré cette petite histoire familiale, maudis sur 15 générations cet aïeul richissime qui a tout perdu dans le crack boursier, admiré les photos des boutiques de dentelles que ma famille possédait au début du 20e siècle en plein Paris, rêvé de voyages à l’évocation des terres parcourues par mes ancêtres. Puis, je me suis intéressée à ces cousins et cousines inconnues, nés à peu près à la même époque que moi. Avec cette question de l’héritage familiale.

Quand l’un d’entre eux m’a contacté via Facebook, j’ai un peu hésité (je ne le connaissais pas après tout), mais j’ai – bien sûr – fini par accepter sa requête. Il m’a envoyé un message. Il avait tapé son nom de famille et avait été surpris de trouver plus d’homonymes qu’il ne l’aurait pensé. Il était curieux, voulais connaitre le nom de mon arrière-grand-père, sa nationalité et pleins d’autres choses. Moi, de mon côté, j’allais enfin pouvoir scruter, observer, traquer ce petit quelque chose que le temps n’aurait pas effacé et qui se serait transmis de génération en génération.

Quelle naïveté ! Sa tocade généalogique l’a quittée en moins de temps qu’il ne lui en a fallu pour balancer une série de hot-patates à tous ses amis. Il est passé à autre chose et ma réponse est restée dans les oubliettes de son profil. En plus, je me retrouve avec un ami qui n’en ai pas un, particulièrement actif, toujours très classe et fin (oui, en plus, le gaillard est d’une vulgarité singulière, parfois). Et j’ose espérer que finalement, on ait rien en commun.

A propos

Dernière mise à jour de cet article
Thématiques
Recevoir les mises à jour (une fois par mois max)

Vert Cerise, c’est aussi un studio de création de contenus DIY pour les pros. Travaillons ensemble.

A lire aussi

Autant chercher une aiguille,
la newsletter du site

Pour encore plus de créativité, inscris-toi.

Les derniers articles