6 conseils inspirés par la série Girlboss

un article écrit par

Le 21 avril, Netflix a mis en ligne la saison 1 de #Girlboss. Quatre jours plus tard, je voulais la saison 2 ! Si vous êtes passés à côté du phénomène, cette série retrace de façon très romancée l’ascension de Nasty Gal, la marque créée par Sophia Amoruso de ses débuts sur eBay à son rêve américain. Depuis, la boîte a coulé mais on s’en fout parce que ce qui m’a intéressé ici, c’est plus le parcours que le point d’arrivée.

Et puis, c’est surtout la première fois que je vois une série qui parle de business créatif avec des filles qui entreprennent sans ressembler à des requins aux dents acérées (ok, je caricature un peu, mais ça fait plaisir) !

Bien sûr, je me suis attachée aux personnages de la série, à leurs histoires sentimentales, mais j’ai surtout aimé le fait que l’histoire n’a rien d’un conte de fée. On la voit bosser comme une dingue, s’acharner, essayer encore, se planter, se relever et essayer encore une fois (même si parfois elle se décourage un peu aussi, ce qui la rend plus humaine). L’héroïne est loin d’être parfaite, elle a aussi un sacré sens de l’humour, un caractère de cochon et elle aime la mode autrement qu’en vidant son portefeuille. Tout ça est donc plutôt inspirant et j’en ai tiré 6 conseils à méditer pour nous, les entrepreneuses créatives !

Se servir des critiques comme d’un moteur pour se dépasser

Go ahead. Underestimate me. I’ve got all figured out. It’s motivating me!!!” (Allez-y. Sous-estimez-moi. J’ai tout compris, ça me motive) est une des citations du film qui a retenu mon attention. Elle crache littéralement cette réplique à la gueule de son interlocuteur, un homme qui la prend de haut et ne crois pas du tout en elle. Ne pas s’arrêter aux premières critiques et déconvenues et se servir de sa colère comme d’un moteur est quelque chose que j’aimerais savoir mieux faire !

Ne pas chercher à plaire à tout le monde !

Sophia a un caractère de cochon et sa marque lui ressemble. Elle n’a pas cherché à gommer sa personnalité mais au contraire elle la met en avant à travers sa marque qui est comme elle, cool et impertinente. Elle ne cherche pas à plaire à tout le monde, se met à dos quelques puristes de la communauté vintage mais elle connait sa cible et sait ce que ses clientes recherchent. Au final, l’identité de sa marque est forte et on la reconnaît !  A méditer pour nos propres projets.

Ne pas rechigner à apprendre

On la voit à plusieurs reprises avec des ouvrages ‘Le marketing pour les Nuls”, “Construire un site web pour les Nuls”. Sophia n’a pas fait d’études, elle aime la mode mais elle est consciente que pour réussir, elle va devoir acquérir de nouvelles compétences dans des domaines pas du tout créatifs comme le marketing, la communication, …

Aujourd’hui, entre les ouvrages disponibles dans votre bibliothèque préférée et les cours que vous pouvez suivre sur des plateformes comme Skillshare (en anglais) ou Kokoroe (en français), vous pouvez apprendre pleins pleins de choses. Moi je n’hésite pas, et vous ?

Finir par admettre qu’on a besoin d’aide

Quand on a construit sa marque de A à Z, on a souvent tendance à considérer qu’il s’agit de notre bébé et que nous seules savons ce qui est bon pour elle. Mais il faut admettre parfois qu’on ne peut pas tout faire seule sans perdre sa santé mentale et qu’il faut réussir à demander de l’aide à nos amis, à notre entourage et pourquoi pas à embaucher quelqu’un si on peut, même pour des missions ponctuelles.

Comprendre que “rien n’est parfait, il y a des décalages.”

Dans les derniers épisodes, Sophie veut atteindre la perfection mais rien ne va comme elle le souhaite : son nouveau site ne ressemble pas à ses maquettes, le nom de domaine n’est pas le bon, bref, c’est la loose et elle est à deux doigts de baisser les bras, préférant abandonner que d’échouer. Finalement, elle comprend que rien n’est jamais parfait et qu’il vaut mieux respecter son objectif premier (lancer le site avec 100 pièces le 4 avril) parce que décaler cette date mettrait en danger son entreprise plus que les imperfections  … ou plutôt les décalages vis à vis de sa version idéale.

S’amuser

Malgré le boulot et les difficultés, Sophia ne perd pas son sens de l’humour. Je vous laisse découvrir comment elle contrôle l’avancée de son objectif dans les derniers épisodes, une méthode qui n’est pas sans me rappeler mes anciennes collègues adorées … ^__^
Je ne sais pas pour vous, mais moi si j’ai créé ma boite pour vivre de ma passion, ce n’est pas pour recréer une ambiance de bureau à base de présentations Powerpoint assommantes et de réunions où tout le monde tire la gueule en attendant la pause café.

Et vous, avez-vous vu la série ? Qu’en pensez-vous ?
Que vous a-t-elle inspiré ?
En avez-vous retenu quelques conseils à tester ?

A propos

Dernière mise à jour de cet article
Thématiques
Recevoir les mises à jour (une fois par mois max)

Vert Cerise, c’est aussi un studio de création de contenus DIY pour les pros. Travaillons ensemble.

A lire aussi

Autant chercher une aiguille,
la newsletter du site

Pour encore plus de créativité, inscris-toi.

Les derniers articles