Vous lisez
Ca vient, ça reste, ça s’en va

Ca vient, ça reste, ça s’en va

robe-carreaux-3-1

L’organisation du dressing est une tâche hardue (limite guerrière) que j’évite. Mais force est de constater que c’est parfois nécessaire. Parce que dans mon dressing, ça vient un peu trop vite parfois.

Prenez mon dernier passage chez H&M par exemple. Oh, oui, celui-là même dont je me vante d’avoir ramené une chouette à 3,50€. Vous n’avez pas pensé que c’était mon seul larçin, tout de même ? Non, non, non, je suis repartie avec un gros sac (alors que je m’étais juré d’arrêter ces achats cheapesques).
Mais, il y avait de bien jolis choses dont le prix m’a enlevé tout argument financier. C’est ainsi que sont venus s’ajouter à la crise (du logement dans mon dressing) cette chemise à rayures bleues (un intemporelle me direz-vous), d’une chemise en vichy noir, d’une marinière rouge (oui la même que celle-ci, dont la pénurie annoncée m’a décidé à acquérir la petite soeur rouge de la grise, élue chouchou de mon dressing) ou de cette veste, que je trouve parfaite en tout point (et qui va très bien avec ma nouvelle marinière rouge).

robe-carreaux-3-2

Et puis, il y a tous les achats londonniens, qui avaient déjà agravé la situation au début du mois. Un manteau, un duffle-coat (donc deux manteaux pourrait-on dire), deux robes, un petit pull topshopien (qui a déjà fait des émules), un sac, des collants corail assortis au sac (indispensable donc !) un serre-tête et puis les fameuses docs roses (et puis les chaussettes rayées, les lunettes coeur et le sac qu’il a fallu acheter pour ramener tous nos achats).

robe-carreaux-3-31

robe-carreaux-3-5

Oui, c’était vraiment la crise. J’ai tout regardé, re-regardé, re-re-regardé. « Au secours ! » que j’ai dit moi aussi. Tout ça ne pourra jamais rentrer : il fallait trier et se débarrasser de certaines pièces. Et se débarrasser de trucs, je sais pas faire. Je ne sais même pas trier les affaires d’été et d’hiver (non, je veux tout sous la main tout le temps).

Et puis finalement, je me suis décidée. J’ai enlevé ce que je ne mets pas depuis trop longtemps, ce que je n’ai jamais mis, ce qui est trop grand, trop petit, trop vieux, trop moche, bouloché, usé, tâché, troué. J’ai hésité sur le sort d’une robe ou de cette jupe Virgine Castaway (celle dont vous voyez un bout en bas) et ai décidé de leur offrir un petit répit. Et ce qui était encore beau, j’ai commencé à le mettre là. Dans vide-dressing, qui était jusque là, plus vide que dressing d’ailleurs.

Il m’aura donc fallu quatre mois, quatre mois après l’avoir ouvert pour vraiment commencer à le remplir. « Waaaaouuuuuuuuuuuuh« , qu’il va dire mon chéri en rentrant ce soir. Pour de bon cette fois (parce que la dernière fois, j’avais mis deux paires de chaussures trop petites de toute façon (mais qui vont bien à d’autres apparement fan de bottes)).

robe-carreaux-31

Voir les commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


© 2020 Vert Cerise - Laetitia Lazerges - Tous droits réservés
12 rue Vivienne, lot 3 - 75002 Paris

Inscrivez-vous à la newsletter

"Autant chercher une aiguille" est la newsletter (ré)créative du blog, envoyée une ou deux fois par mois pour faire le plein d'inspirations et d'idées créatives. Indiquez simplement votre email ci-dessous pour la recevoir.

Holler Box

Inscrivez-vous à la newsletter

"Autant chercher une aiguille" est la newsletter (ré)créative du blog, envoyée une ou deux fois par mois pour faire le plein d'inspirations et d'idées créatives. Indiquez simplement votre email ci-dessous pour la recevoir.

Holler Box