Vous lisez
London again, baby !

London again, baby !

Vendredi 9h30, gare du Nord

OK, c’est bon, problème de bus vaincu, passeport dans la poche, mini-sac de voyage pour pas s’encombrer, check. Embarquement voiture 11, direction Londres !

C’est comme ça qu’à commencer l’histoire. On était en route avec Marjorie pour Londres, bien décidées à avancer durant les 2h30 de trajet sur nos projets avec Do It Yvette, déjà bien trop nombreux et on était loin d’imaginer qu’on allait s’en ajouter un… On avait déjà un petit programme en tête. Profiter dès l’arrivée d’une petite pause shopping vers Oxford Street, passer à l’hôtel, filer au ciné et espérer que la météo serait clémente le lendemain pour notre périple qui devait nous mener de Battersea Park vers South Kensigton.

Jamais, je n’avais aussi planifié une escapade à Londres, mais j’avais repéré quelques passages obligés, sachant qu’en tant qu’invitée d’Eurostar, j’aurais besoin de quelques photos et lieux à partager avec vous. Et puis, j’ai quelques adresses en réserve …

[button color= »greenlight » text= »white » url= »https://www.vertcerise.com/carnet-adresses-city-guide-carte/londres/ » window= »_self »]Voir mon carnet d’adresse à Londres[/button]

 

Vendredi, 18h, Notting Hill

Sur ma liste, il y avait d’abord l’Electric Cinema et la séance était réservée pour 18h.

Un cinéma pas tout à fait comme les autres

Quand j’ai passé un mois à Londres, il était à 300 mètres de chez moi. Trop facile, sûrement… C’était bien plus drôle de courir dans les couloirs du Tube et de se taper un sprint pour ne pas rater notre séance. Mais le sourire de Marjorie à la découverte de la salle valait sans doute la course. Oui, parce que l’Electric Cinema, n’est pas tout à fait comme les autres. Déjà, il est très joli avec sa déco qui ne semble pas avoir bougé depuis un siècle. Ensuite, il n’y a que 76 places et elles sont dans des canapés ou des fauteuils clubs avec coussins, reposes-pieds, couvertures et petites tables pour poser le verre, la coupe de champagne ou le cocktail que vous commandez au bar avant la séance. La grande classe !

Samedi matin, 11h, Chelsea

Après un saut à la piscine de l’hôtel et un bon petit déjeuner à l’anglaise (il y a des traditions qui se respectent), on était en route pour Chelsea. C’était simple, il suffisait de traverser le pont, en jetant un coup d’oeil à l’usine des Pink Floyd derrière nous, de continuer tout droit et selon le plan, on arriverait à deux pas de la Saatchi Gallery. Dès que je vais à Londres, je checke toujours le programme et je n’ai jamais été déçue. Ce mois-ci, c’était une expo sur le papier, que j’étais vraiment super impatiente de découvrir. La galerie est gratuite, donc je fus bien surprise qu’on nous demande de payer 15£ en arrivant … avant de comprendre que l’expo était fermée aujourd’hui pour laisser place à une foire d’art contemporain pour le week-end. On a hésité 2 secondes, mais on s’est dit qu’on allait opter pour un plan B.

Et c’est là, à ce moment précis, que l’histoire imprévu a débuté.

Samedi matin, 12h00, Southbank

Avant de partir, j’avais repéré un évènement vintage à SouthBank, on s’est donc précipité sur la Circle Line pour rejoindre les quais.

Tu aimes le street art ?

Arrêt à Westminster pour traverser la Tamise, pont bondé de touristes (enfer … mais j’aurai du m’y attendre), on a traversé aussi vite que possible et continuer tout droit pour éviter la foule qui s’accumulait sur les quais. « Tu aimes le street art? » j’ai demandé à Marjorie. Oui ! OK, un petit crochet s’imposait. Parce qu’il n’y a pas que l’est de Londres pour ça, il y a aussi le tunnel au bout de Leake Street, sous les voies de la gare Waterloo. J’ai toujours une petite pensée pour Céline qui m’avait fait découvrir l’endroit (et la tenace impression que je n’arrivais jamais à le retrouver …) : l’endroit change toujours d’une visite à l’autre mais ça sent toujours la peinture en bombe et il y a toujours une graffeur (au moins) à l’oeuvre.

 

Samedi, 12h45, Southbank

Affréter un paquebot pour ramener un combi VW?

Retour sur le droit chemin ensuite pour le Vintage Classic Car Boot Sale. Musique old school à donf’ dans le double deck bar bus, food market et un sacré nombre d’exposants avec leurs voitures vintage, leur combi Volkswagen, leur Cadillac ou autres voitures vintage. Bien sûr, c’était très cool, bien sûr, on aurait bien essayé de partir avec un combi, bien sûr, on a écrit Do It Yvette sur ce truck ardoise très craft, on a craqué pour des vieilleries hyper chouettes, flané parmi les stands, remué gentiment notre bootie sur des oldies et puis tous ces trucks, ça a commencé à nous faire rêver et on a imaginé un instant affréter un paquebot pour ramener un combi, une camionette, un double deck bus pour parcourir le monde avec Do It Yvette.

photo4

Samedi, 15h, South Kensington

S’apercevant que l’affrêtage de paquebot allé être compliqué, on a repris le court de notre programme où on l’avait arrêté ou presque. Direction Club to Catwalk, l’exposition que le Victoria & Albert Museum consacre à la mode des années 80 puis à deux pas The Ampersand pour un afternoon tea (il y a des traditions auxquels on ne peut déroger) dans un petit salon adorable. Et puis d’un seul coup, on s’est aperçu qu’il ‘était 17h30, on a sauté un taxi pour retourner à l’hôte, récupérer nos valises et couru (encore) jusqu’à Saint Pancras pour le retour.

The Ampersand Afternoon tea

 

Samedi, 19h55, sous la Manche

C’est dans le train, qu’on s’est dit que tout de même tous ces trucks, ça donnait vachement envie, que la discussion qu’on avait eu le jeudi avec Eugénie qui a acheté une caravane pour Sew & Laine, ça donnait bien envie. On a attendu de passer le tunnel, on a connecté nos téléphones et on s’est lancé dans un nouveau projet : créer un craft truck Do It Yvette ! C’était pas vraiment prévu au programme et cela ne serait sans doute jamais arrivé si la Saatchi Gallery était ouverte comme prévu.

On est rentré avec des étoiles plein les yeux et avant-hier, j’ai reçu la vidéo de la nouvelle campagne d’Eurostar pour laquelle j’avais été invitée. Je la trouve très chouette : elle parle d’histoires, d’imprévus et de comment le destin peut nous jouer des tours … lors d’un voyage à Londres. J’ai trouvé ça amusant comme coincidence et je me suis dit que cette histoire serait finalement parfaite pour un billet.

Voir les commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


© 2020 Vert Cerise - Laetitia Lazerges - Tous droits réservés
12 rue Vivienne, lot 3 - 75002 Paris