Stop’n watch : l’opéra Garnier

un article écrit par

L’opéra Garnier

En bonne parisienne, je ne suis pas montée sur la Tour Eiffel depuis une éternité, je ne visite que les expos et ne m’arrête jamais devant les monuments. Alors, hier (vive les RTT), j’ai décidé de m’arrêter et de regarder ma ville avec les yeux d’une touriste. Pour commencer cette nouvelle expérience, j’ai visité l’Opéra Garnier.

J’ai flâné presque deux heures dans les couloirs et les salles, accompagné par des chants d’opéra freudonnés par un homme seul assis sur un banc, la sonnette qui n’arrêtait pas de retentir et les parquets qui craquaient sous mes pieds. Il n’y avait pas beaucoup de monde. J’ai particulièrement aimé l’ambiance un brin désuète : les tapisseries rouges, les fils qui pendent et les peintures qui craquèlent donnent beaucoup de charme au lieu. On a l’impression qu’ici rien n’a changé, que le temps s’est arrêté.

Bien sûr, il y a la scène avec le fameux plafond de Chagall. Mais on connait moins la très belle bibliothèque, les foyers, la rotonde du soleil et la rotonde de la lune que j’ai particulièrement aimée. Et puis, il y a tous les petits détails que vous verrez dans la galerie photo (vous pouvez aussi aller sur Flickr) : la cabine de téléphone, les portes-manteaux, les vestiaires …

Bilan : une folle envie de voir ce lieu vivre !

L’entrée coute 8 euros (4 si vous êtes étudiant et il ne demande pas la carte d’étudiant apparemment). Par contre, pas de CB, il faut donc prévoir de la monnaie. Il faut mieux y aller le matin entre 10h et 13h pour être sûr de pouvoir accéder à la salle des spectacle.PS : vous voyez ici ma grande inspiration, question titre …

A propos

Dernière mise à jour de cet article
Thématiques
Recevoir les mises à jour (une fois par mois max)

Vert Cerise, c’est aussi un studio de création de contenus DIY pour les pros. Travaillons ensemble.

A lire aussi

Autant chercher une aiguille,
la newsletter du site

Pour encore plus de créativité, inscris-toi.

Les derniers articles