Machiavélique Parisienne

un article écrit par

course

Le sport, voilà des années que je veux m’y remettre sérieusement. Voilà deux ans, que je teste pilate, powerplate, aquagym, step et autres tortures modernes. Mais après quelques temps (genre … 2 semaines), les bonnes excuses prennent toujours le dessus (au choix : il fait trop chaud, il fait trop froid, j’ai pas le temps, c’est loin, je suis fatiguée, j’ai piscine,  j’ai trop de travail, …). Je range rapidement mes baskets dans l’armoire et ma conscience sportive retourne tout au fond du petit placard de mon esprit où elle se tient tranquille jusqu’à la nouvelle année ou les premiers rayons de soleil.

J’ai donc, cette année, monter un plan diabolique contre moi-même (hi hi, quelle perfidie !) pour reprendre vraiment le sport. J’ai fait appel à mon orgueil et à mon côté mauvaise perdante (pour une fois qu’il allait servir à quelque chose, celui-là) en m’inscrivant début juillet à la Parisienne (et ce, gratuitement, grâce à Frogita et Sony). Une fois inscrite, le calcul était le suivant : je serai obligée de m’entrainer pendant au moins 2 mois et demi, histoire de finir ces fichus 6 km de course. Dans le cas contraire, je serai trop vexée et j’irai bouder dans mon coin, comme quand j’étais petite et ça, ce n’était pas possible (non, parce qu’à mon âge, c’est la honte tout de même). Et là, où l’idée devient machiavélique, c’est que j’étais persuadée qu’aujourd’hui, après ces 5 fois 2 semaines (youhhhouhhh, un exploit déjà !!) mon corps produirait ces fameuses endorphines qui feraient du sport un besoin essentiel dont je ne pourrais pas me passer. Ha ha ha, mon plan était parfait ! J’allais courir toujours plus, avec bonheur, perdre ces quelques fichus kilos en trop et pouvoir me féliciter pendant des années de cette astucieuse ruse.

Tout a parfaitement fonctionné : depuis juillet, je cours une à trois fois par semaine. Dimanche, j’ai fini la Parisienne, difficilement mais fini tout de même (même que je suis super fière). Sauf que … sauf que … j’ai pas d’endorphines ! Rien. Nada. Elles sont jamais venues. Et du coup, là, je me dis qu’après cet effort dominicale intense, faut certainement que j’offre à mon corps une petite pause bien méritée. Mon plan a donc échoué. Mon esprit est peut-être machiavélique mais mon corps est un traitre !

A propos

Dernière mise à jour de cet article
Thématiques
Recevoir les mises à jour (une fois par mois max)

Vert Cerise, c’est aussi un studio de création de contenus DIY pour les pros. Travaillons ensemble.

A lire aussi

Autant chercher une aiguille,
la newsletter du site

Pour encore plus de créativité, inscris-toi.

Les derniers articles