Faire sécher des algues et fabriquer un alguier déco

La curiosité est un vilain défaut ? Pas toujours et certainement pas en matière de créativité !
C’est en faisant des recherches pour mon livre « Herbier déco – tout pour créer vos tableaux végétaux que j’ai découvert la version marine des herbiers. Publiés en 1852 en 50 exemplaires seulement, les alguiers des frères Crouan – des bretons pur beurre, pharmaciens et botanistes – comportent 404 échantillons d’algues du Finistère en remarquable état de conservation. J’étais fascinée par les formes, la transparence, les couleurs de ces planches réalisées avec des algues et j’ai cherché comment faire par moi-même ces petites merveilles.

 

J’ai d’abord essayé de trouver des tutoriels expliquant comment faire sécher ces végétaux marins sans succès : je n’ai trouvé que peu d’articles sur le sujet et aucune information concrète ou de tutoriels pas à pas sur internet.

Néanmoins, l’idée continuait à me trotter dans la tête et j’ai donc décidé d’expérimenter le séchage d’algues par moi-même lors d’un week-end dans le Golfe du Morbihan.

L’entreprise a réussi, pas à tous les coups certes (il y a même eu de vrais plantages) mais j’ai pu me fabriquer un alguier qui décore aujourd’hui ma salle de bain et me fait un souvenir parfait de cet endroit que j’aime tout particulièrement.

 

Des alguiers tout prêt

Si vous n’avez pas le courage ou la motivation de faire sécher vos algues vous-même, vous trouverez des alguiers ou des reproductions numériques sur la boutique Etsy de la vendeuse canadienne, SubtidalCreationsCo

Alguier à acheter sur Etsy
CP : SubtidalCreationsCo

14 créations avec des fleurs séchées en pas à pas illustrés (et même un peu plus…)

 

Ramassage des algues pour votre alguier : ce qu’il faut savoir

 

Ne détruisez pas les éco-systèmes

Les algues, comme le bois flotté et les coquillages constituant la laisse de mer. Cette zone de la plage où les débris sont laissés par la mer au gré des marées, constitue un véritable écosystème. Elle abrite de nombreux micro-organismes qui nourrissent les oiseaux, les insectes, les crustacés mais également les plantes qui retiennent le sable. 
Il est donc fortement recommandé de ne jamais prélever de grandes quantités d’algues.

Evitez également de prélever l’algue entière et ne récoltez surtout pas le crampon (la partie par laquelle l’algue est attachée) afin qu’elle puisse repousser.

Ne déplacez et ne retournez pas les rochers pour assurer la survie des espèces qui les recouvrent ainsi qu’une recolonisation rapide par les algues.

 

Vérifiez la réglementation et les sources potentielles de pollution

Pensez à vérifier qu’il n’y a pas de sources de pollution connu à proximité. Pour cela vous pouvez vous reportez à la qualité des eaux, généralement affichés à proximité des plages surveillées ou disponibles sur le site Baignade.gouv.fr, regardez si un label a été attribué à la commune comme le Pavillon bleu.

Enfin, vérifiez la réglementation. La récolte des algues de rives – même si il s’agit seulement de quelques exemplaires – peut être réglementée. Pour certaines algues, une période de récolte peut être fixée, d’autres devront atteindre une taille minimale. Renseignez-vous ! Quelques ressources :

 

 

DO IT YOURSELF

Réaliser un alguier déco

Faire sécher des algues – réaliser un alguier

Matériel nécessaire pour faire un alguier déco :
– des feuilles de papier pour le séchage (filtre à café, buvard, Canon, papier journal … ou ce que vous avez sous la main)
– une presse à fleurs ou un gros livre

– du papier absorbant (idéalement sans motif)
– un pinceau fin
– du papier (type Canson)
– du papier gommé et/ou de la colle de fleuriste
– une paire de ciseaux

Comment faire ?

  1. Récoltez les algues

    Vérifiez l’horaire des marées pour venir à marée basse, près d’un massif rocheux du littoral. Suivez les conseils ci-dessus concernant le ramassage des algues. Rincez les à l’eau de mer puis, placez-les dans un seau rempli d’eau de mer « propre » (sans sable, ni débris autant que possible).

  2. Séchez les algues

    Pour ma part, j’ai « épongé » chaque algue en l’étalant entre deux feuilles de papier absorbant que j’ai laissé à l’extérieur pendant quelques minutes (le soleil étant particulièrement fort ce jour là). J’ai utilisé un pinceau fin pour m’aider à les disposer à plat.

    Avant qu’elles ne soient complètement sèches, j’ai ensuite placé délicatement chaque algue entre deux filtres à café (ou selon leur taille du buvard ou des feuilles de papier blanc type Canson) en intercalant une feuille de papier absorbant entre l’algue et le papier. J’ai laissé sécher ainsi une journée. Je me suis à nouveau aidé du pinceau fin pour faire quelques retouches dans leur disposition. 

    Ensuite, pour la seconde journée, j’ai changé les papiers et filtres à café et mis les exemplaires les plus fins sous presse sans le papier absorbant cette fois car j’avais peur que sont motif marque les algues. Pour les algues plus épaisses, j’ai laissé à l’air libre jusqu’à ne plus sentir trop d’humidité. Il faut manipuler les algues fines avec beaucoup de délicatesse car elles peuvent rapidement s’abimer.

    J’ai laissé sécher deux à trois semaines en changeant régulièrement papier et filtres à café et en vérifiant régulièrement le séchage et en supprimant les végétaux qui présentaient des tâches de moisissures ou autres indices d’un mauvais séchage. Quelques essais n’ont pas fonctionné. Pour d’autres le résultat était parfait. Enfin, pour certaines algues très fines (type « salades vertes », j’ai eu beaucoup à les décoller sans qu’elles ne se déchirent. J’essaierai de changer légèrement le process pour mes prochains essais car j’aimerai beaucoup jouer sur leur effet de transparence.

  3. Mettez mes algues sous cadre

    Dernière étape de la réalisation de mon alguier, j’ai décidé de mettre sous cadre les algues les mieux préservées et les plus harmonieuses par leurs formes.
    Je les ai disposé sur une grande feuille A3 de papier blanc type C à grain. Pour les fixer, j’ai utilisé soit des bandes de papier gommé, soit de tout petit point de « colle de fleuriste », spécialement conçu pour les végétaux.

Vous avez essayé de faire sécher des algues ? Y êtes-vous parvenu ? Avez-vous des conseils supplémentaires qui pourraient aider les autres apprentis sécheurs d’algues ? N’hésitez pas à les partager !

Cet article vous a plu ? voici d’autres billets qui pourraient vous intéresser :

 

 

Voir les commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera jamais publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


© 2021 Vert Cerise - Laetitia Lazerges - Tous droits réservés
12 rue Vivienne, lot 3 - 75002 Paris

Inscrivez-vous à la newsletter

"Autant chercher une aiguille" est la newsletter (ré)créative du blog, envoyée une ou deux fois par mois pour faire le plein d'inspirations et d'idées créatives. Indiquez simplement votre email ci-dessous pour la recevoir.

Holler Box

Inscrivez-vous à la newsletter

"Autant chercher une aiguille" est la newsletter (ré)créative du blog, envoyée une ou deux fois par mois pour faire le plein d'inspirations et d'idées créatives. Indiquez simplement votre email ci-dessous pour la recevoir.

Holler Box